Modes alimentaires

Quel rapport ?

Quel rapport peut avoir notre alimentation avec notre empreinte écologique

L'alimentation est souvent considérée comme la composante essentielle de notre empreinte écologique. En effet, pour produire, élaborer, transporter les denrées alimentaires, il faut une énergie considérable!
Préparation de la terre, apports de fertilisants, semences, surveillance, récolte ou pâturage, élevage des troupeaux, déplacement des bêtes, transformation en viande (par ex.), conditionnement, surgélation, transport...
Les ressources sont innombrables : l'eau en premier lieu, du pétrole pour les engrais ou le chauffage des serres, de la chimie pour élaborer les pesticides, etc. Tout le monde peut comprendre que pour obtenir un steak, il faut du temps et beaucoup de ressources pas forcément renouvelables.

2 types de menus ?

Différences entre les menus traditionnels (du sud) et les menus modernes (du Nord) ?

La plupart des pays du Sud (ex : Tibet, Inde, Iran, Maroc, Sénégal, Bolivie pour n'en citer que quelques-uns) ont une base alimentaire commune : la céréale. Ici du riz, là du mil ou millet, etc. En associant cette céréale avec une portion moins importante de légumineuses (légumes en gousse), nous obtenons des protéines sensiblement équivalentes à celles de la viande. Vous l'avez compris : en remplaçant la viande par des céréales, l'homme peut ainsi diminuer son impact de manière significative. Sans pour autant devenir végétarien, le simple fait de consommer 3 à 4 fois des protéines végétales dans la semaine a un impact important. A noter également qu'un régime moins carné est souvent synonyme de bonne santé!

La question des animaux

Plus l'être humain s'oriente vers des menus carnés, plus il faut élever des animaux...

Vous le savez, nous sommes déjà très nombreux sur la planète. Aujourd'hui 8 milliards d'êtres humains, 20 milliards en 2050. Non seulement la population augmente de façon significative, mais en plus elle consomme de plus en plus de viande et de produits animaux. Il faut donc développer l'élevage (souvent industriel) pour satisfaire la demande. Ce qui signifie des milliards d'animaux parqués dans des conditions minables, nécessitant de l'eau , de la nourriture (transportée), de l'énergie pour le chauffage ou la climatisation etc. Il faut une grande quantité de nourriture pour obtenir au final 1 kg de viande ! Il est évident que nous ne pourrons plus élever tous ces animaux pour des raisons économiques et environnementales. Les cantines scolaires et autres restaurants devraient déjà montrer l'exemple en diminuant les produits animaux.

L'intérêt du grain ?

Pour quelles raisons l'homme s'est-il surtout nourri de grains ?

Le grain est d'un rendement exceptionnel. Entendons par grains les céréales (riz, millet, sarrasin, orge...) et les légumineuses (haricots secs, lentilles...) qu'il suffit d'associer au repas pour compléter leurs protéines. L'intérêt du grain est qu'il passe directement du champ à la marmite! Pas d'intermédiaires... Il se stocke à température ambiante, il n'est pas onéreux, il est avantageux à transporter et à stocker, il est facile à cuire. Que des avantages finalement. Malheureusement, dans de nombreux pays, les recettes traditionnelles ont disparu des tables...

Les anciens ?

Les anciens consommaient des céréales sur la plupart des continents

Prenons l'exemple de la Bretagne : étaient cultivés du sarrasin, de l'avoine, du blé et même du millet. Les gens imaginent qu'à la campagne, les paysans consommaient de la viande à tous les repas... faux. Le cochon était tué une fois l'an. Les galettes de sarrasin très nourrissantes étaient préparées à plusieurs reprises dans la semaine. Des bouillies salées ou sucrées d'avoine, de sarrasin ou de millet faisaient souvent office de repas du soir. Les maladies modernes étaient moins présentes (diabète, cholestérol...) car en associant un régime peu carnivore à une bonne activité physique...

Et la boisson?

La boisson a t-elle aussi une influence sur notre empreinte écologique ?.

Évidemment. Vous buvez par exemple de l'eau, du Coca, des jus de fruits exotiques en bouteille : pétrole pour l'emballage et le transport. Ne parlons pas de la pollution.
Solutions : se contenter de l'eau du robinet, à température ambiante ou chaude (thé, tisanes...)
Consultez une analyse d'eau dans votre mairie. S'agit-il d'un captage souterrain (source) ou d'un captage de surface (lac artificiel)? Peut-être votre fournisseur d'eau vous offre t-il une eau de qualité satisfaisante.
Filtre : en cas d'approvisionnement en eau "chargée", installer un filtre sous votre robinet d'évier. Osmoseur : efficace mais rejette 3 litres (récupérables) pour 1 litre filtré, eau pure à revitaliser.

Ce que vous pouvez faire :

Responsables de cantine, élus, parents délégués : faites découvrir les protéines végétales une ou deux fois par semaine. Elles sont faciles à cuisiner et très peu onéreuses. De plus, c'est vraiment délicieux!

A la maison : sensibiliser petit à petit vos proches en cuisinant de temps à autres des plats à base de cérales, légumineuses et légumes. Cela s'apprend également !

Livre : "La cuisine de demain", plus de protéines végétales avec des recettes très simples. Editions Tynat

Site Internet :

recettes pour débuter